texte Magali Mougel

mise en scène Johanny Bert

Théâtre | dès 7 ans | durée 1H

Leïli et Nils vont raconter leur histoire, chacun de leur côté, chacun à leur manière. L’histoire d’une fille qui sait se débrouiller dans n’importe quelle situation et celle d’un garçon qui préfère les petites choses silencieuses. Deux histoires qui se conjuguent et recèlent un tas d’autres histoires, celle d’une mamie rouleuse de mécanique et d’un baby-sitter fan de tricot. Deux expériences de vie qui vont se rencontrer et s’assembler comme un puzzle. Assis à la même table, Leïli et Nils se retrouvent à l’école, prêts cette fois à affronter le regard des autres…

 

« Leili : Quand j’entre dans la cour, d’un côté, je vois les filles comme ça, habillées comme des princesses, avec des robes et des trucs qui volent. C’est joli, c’est pas pratique. »

c'est quand ?

* Séance scolaire


c'est où ?

en images

en savoir +

Mettre le procédé d’écriture au centre du propos et y plonger les spectateurs séparés en deux groupes. Installés dans des espaces différents, ils vont faire tour à tour la rencontre de deux personnages. Leili et Nils vont raconter leur histoire, celle de deux enfants pas tout à fait conformes aux attentes des autres. Deux histoires qui s’éclairent et s’imbriquent avec l’histoire de ceux qui regardent. Deux acteurs au service d’un récit sensible jouant avec les souvenirs et quelques objets pour mieux tenter de déconstruire certains clichés et stéréotypes. Un théâtre de la parole à jouer dans tous types de lieux non théâtraux comme espace intime et ludique de la représentation. Johanny Bert

 

MAGALI MOUGEL
Auteur formée à l’ENSATT, elle s’empare du quotidien qu’elle interroge par le prisme de fictions dramatiques. Elle se prête régulièrement à l’exercice de la commande et collabore avec différentes structures (Le Préau-CDR de Vire, Théâtre Jean-Vilar–Montpellier…). Ses textes sont publiés aux éditions Espaces 34 : Erwin Motor, dévotion (2011), La Dernière Battue (2012), Léda, le sourire en bannière (2013), Suzy Storck (2013).

JOHANNY BERT
Metteur en scène, il développe un langage théâtral partant de l’acteur qu’il confronte à d’autres disciplines comme le théâtre d’objet. Chaque création est une nouvelle recherche d’écriture autour d’un propos qu’il destine parfois au jeune public avec une grande attention. Il a souvent recours à des textes d’auteurs contemporains. Cette création entre dans un cycle sur le thème de l’identité après De passage de Stéphane Jaubertie, Peer Gynt d’Ibsen.

distribution

avec Jonathan Heckel, Delphine Léonard
dessins Michael Ribaltchenko
accessoires et costumes Thibaut Fack

coproduction Théâtre de Sartrouville et des Yvelines–CDN
Le Fracas-CDN de Montluçon
Le Théâtre de Romette–Johanny Bert
illustration Joëlle Jolivet / photos jean-Marc Lobbé

texte édité dans la collection Heyoka Jeunesse Actes-Sud-Papiers, 2016

création le 20 janvier au Théâtre Eurydice – ESAT – Plaisir

ressources

dossier pédagogique
feuille de salle